Hyalin, exhibition at Bon Accueil, Rennes previewed by ParisArt.com (Fr)

exhibition January 30, 2016

Hyalin

CY1ixlCWkAA69z5

g_Accueil16TomokoSauvage24bTrans

La multi-instrumentaliste et compositrice de musique électro-acoustique improvisée Tomoko Sauvage, inspirée autant par la musique minimaliste américaine que par les improvisations du free et la musique carnatique d’Inde du sud, installe ses Waterbowls à Rennes.

Le titre de l’exposition, «Hyalin», qui signifie «qui a la transparence du verre», tente de rendre au mieux et en un minimum de mots l’esprit du travail poétique et sonore de l’artiste japonaise Tomoko Sauvage invitée par le Bon Accueil. L’eau, la glace et la porcelaine sont les trois principaux éléments qu’utilise Tomoko Sauvage pour créer des atmosphères sonores hivernales et sereines où la transparence de l’eau, l’aspect diaphane de la porcelaine viennent donner forme aux sonorités cristallines créées par les gouttes d’eau glacées venant finir leur course dans les bols amplifiés.

Que ce soit sous forme d’installations minimalistes où lors de ses concerts, Tomoko Sauvage propose aux visiteurs de prendre le temps d’être à l’écoute de chaque goutte d’eau irrésistiblement attirée par l’attraction terrestre, de guetter sa chute jusqu’à sa rencontre sonore avec la surface de l’eau. Une démarche prenant racine dans la musique expérimentale américaine qui s’est notamment imprégnée, au travers de La Monte Young ou John Cage, de philosophie extrême orientale et plus particulièrement de l’idée de non obstruction.

Un principe, où à une action directe du musicien, se substitue une force extérieure faisant résider l’acte musical autant dans la mise en place des éléments favorables à la création d’un univers sonore que dans son écoute. Dans une conférence de 1960, La Monte Young cite un poème chinois de la fin du VIIIème siècle dans lequel il est fait mention du qin, un instrument à cordes chinois, qui grâce au vent, sans que cela soit une volonté délibérée du musicien, se met à vibrer à la manière des harpes éoliennes. C’est ce même principe, de non agissement, de délégation à des forces extérieures conviant également l’aléatoire, qui se retrouve dans les installations et concerts de Tomoko Sauvage. Ici en lieu et place du vent ce sont l’attraction terrestre et la chaleur qui jouent le rôle de force agissante.

L’exposition est également une évocation du temps qui passe, de l’éphémère et du transitoire. Fonte de la glace, changement d’état de la matière, chute d’une goutte d’eau, brefs sons clairs et tintements, tesselles de porcelaines suspendues tissent un univers fragile qui, tel un paysage neigeux, sous l’apparente immobilité ne cesse de se transformer. L’exposition s’organisera principalement d’une version pensée pour Le Bon Accueil de son installation pour glace et bols amplifiés, ainsi que d’une nouvelle oeuvre constituée de fragments de porcelaine suspendus tintant au moindre souffle d’air.

http://www.paris-art.com/photo-art/hyalin/tomoko-sauvage/18275.html